POLOGNE – UNIVERSITE DE WROCLAW de Wroclaw – Robert EVANS

Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

POLOGNE – UNIVERSITE DE WROCLAW de Wroclaw – Robert EVANS

0 Comment
38 Views

L’université a organisé une conférence sur le thème “Protection des droits fondamentaux – nouveaux défis pour l’UE” à l’intention des étudiants en master et en doctorat.

 “En tant qu’ancien député européen, j’ai été invité à m’adresser à plusieurs groupes d’étudiants autour d’un thème général […]. Au moment de ma visite et au moment où j’écris ce rapport, le Royaume-Uni est absorbé par la campagne référendaire […] Malgré mes efforts pour maintenir le sujet à l’ordre du jour, les étudiants ont toujours et sans exception ramené les discussions sur la question britannique. […]J’ai rencontré des étudiants qui étudient le droit européen de la concurrence, le droit diplomatique et consulaire, les institutions de l’UE et des doctorants, qui m’ont tous réservé un accueil chaleureux et amical. Le professeur Dagmara Kornobis- Romanowska de l’équipe John Monnet était mon hôte et je lui suis très reconnaissant de son hospitalité et de son amitié ainsi que de toute l’organisation”. By Robert Evans

 Robert EVANS, membre de l’AAD, a participé à cet événement.

Rapport de mission: WROCŁAW UNE VILLE AVEC UN PASSÉ TURBULENT

Il paraît que plus d’une centaine de ponts enjambent l’Oder à Wrocław. L’histoire de la ville a été si tumultueuse que chaque pont pourrait bien être le symbole d’un changement majeur. Aujourd’hui, Wrocław est une ville de 600 000 habitants environ et compte la plus grande université de la région, qui accueille plus de 40 000 étudiants et près de 1 300 doctorants dans 10 facultés différentes. 9 000 étudiants sont diplômés de l’université de Wrocław chaque année. Par le passé, Wrocław a été occupée par les Polonais, les Tchèques, les Autrichiens, les Hongrois et les Allemands. Au fil du temps, s’y sont installés des Wallons, des Juifs, des Italiens et des Ruthènes. S’il a pu parfois poser problème, ce mélange de religions et cultures différentes a aussi contribué à façonner la Wrocław de 2016. Quand les nazis se sont emparés du pouvoir en 1933, les Polonais qui étaient encore présents ont été chassés de la ville. Celle-ci, alors appelée Breslau, est devenue le dernier bastion d’Hitler. Après quatorze semaines de siège, la ville s’est finalement rendue aux Soviétiques le 6 mai 1945. À Potsdam, après la guerre, la Pologne récupère Wrocław puisque les nouvelles frontières du pays l’étendent vers l’ouest. Les Allemands qui habitaient encore à Wrocław sont expulsés et la ville est repeuplée par des Polonais de Lvov (aujourd’hui Lviv, en Ukraine), incorporée dans l’Union soviétique, et de Wilno (aujourd’hui Vilnius, en Lituanie), ainsi que de nombreuses autres personnes venues de Varsovie et de Poznań. Ces “pionniers” se sont installés dans une ville étrangère qui avait pratiquement été aux trois quarts détruite.

Grâce à des professeurs polonais de Lvov, les activités d’enseignement et de recherche reprirent aussi à l’université de Wrocław, qui, aujourd’hui, dispose de moyens financiers solides et se développe en mettant l’accent sur la recherche scientifique. Comme un reflet de l’histoire de la ville, les étudiants viennent de centaines d’horizons différents et probablement d’une centaine de pays différents. En tant qu’ancien député au Parlement européen, j’ai été invité à m’entretenir avec plusieurs groupes  différents d’étudiants autour d’un thème général: “La protection des droits fondamentaux – nouveaux défis pour l’Union européenne”. Lors de ma visite à Wrocław et à l’heure où je rédige ce compte rendu, le Royaume-Uni est plongé dans la campagne du référendum pour savoir s’il doit ou non rester dans l’Union européenne. Malgré tous mes efforts pour suivre le thème inscrit au programme, les étudiants ont toujours, sans exception, ramené les débats à la question britannique.

Le Royaume-Uni a rejoint en 1973 ce qui était alors la CEE et, depuis, en a été un membre à part entière et important. Certes, le Royaume-Uni n’a jamais adopté l’euro ni signé l’accord de Schengen et, de ce fait, a souvent semblé être un membre un peu détaché de l’Union européenne. Outre notre position de puissance commerciale, la langue anglaise et tous les aspects historiques et culturels, la présence du Royaume-Uni parmi les membres de l’Union européenne renforce aussi bien celle-ci que le Royaume-Uni lui-même. J’ai rencontré des étudiants qui étudient le droit de la concurrence, le droit diplomatique et consulaire de l’Union ou les institutions européennes, j’ai également rencontré des doctorants; tous m’ont réservé un accueil chaleureux et amical. J’ai été reçu par le professeur Dagmara Kornobis-Romanowska, de l’équipe Jean Monnet, que je remercie tout particulièrement pour son hospitalité et son amitié ainsi que pour toute l’organisation. J’espère que l’histoire de la ville de Wrocław et de son université au cours des cent prochaines années sera moins agitée que par le passé!

Détails

Début :
avril 19, 2016
Fin :
avril 21, 2016
Catégorie d’évènement: