Visite de l’AAD de 2017 en Estonie

Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

Visite de l’AAD de 2017 en Estonie

0 Comment
41 Views

La visite a eu lieu les 6 et 7 novembre 2017. Des réunions ont eu lieu au e-Estonia Showroom et au Riigikogu (Parlement estonien), ainsi qu’une visite facultative à Pirita et Kadriorg.

Report

Outre les priorités de l’Estonie en matière de défense, Marianne Mikko, l’influente députée spécialiste de la défense, s’attache à promouvoir son patrimoine et son expertise numérique.

L’Estonie, le plus septentrional des trois États baltes, partage une frontière avec la Russie et une proximité linguistique avec la Finlande. Depuis son indépendance en 1991, l’adhésion à l’Union européenne a été l’un des principaux enjeux de sa politique étrangère.

Le pays a connu de nombreuses périodes d’occupation au cours de son histoire, notamment par l’Allemagne nazie et l’Union soviétique pour ce qui de l’époque récente; il est extrêmement vulnérable du fait de sa taille modeste et de son éloignement relatif, aux confins de l’Union européenne.

La frontière commune avec la Russie et l’annexion de la Crimée par la Russie ne sont pas des circonstances de nature à atténuer l’anxiété du pays. Au cours du Moyen-Âge, l’Estonie subit diverses dominations, dont celle du Danemark, des chevaliers de l’ordre livonien allemands et de la Suède, avant d’être finalement intégrée au 18e siècle à l’empire russe.

L’indépendance, l’Estonie la connaît pour la première fois en 1918, après la Première Guerre mondiale et l’effondrement de l’empire russe. En 1920, un traité de paix est signé avec la Russie, puis en 1939, l’Union soviétique contraint l’Estonie à accepter des bases militaires soviétiques et enfin, en 1940, l’armée soviétique entre dans le pays qui est alors intégré à l’Union soviétique. L’armée allemande envahit l’Estonie en 1941, avant une nouvelle annexion par l’Union soviétique en 1944, avec des dizaines de milliers d’Estoniens déportés vers la Sibérie et la Chine centrale.

Après l’effondrement de l’Union soviétique, le pays devient l’un des nouveaux États membres d’Europe centrale et orientale les plus performants au plan économique. Vygauda Usackas, encore récemment ambassadeur de l’Union européenne à Moscou, a déclaré qu’il n’envisage pas la possibilité d’un changement d’attitude de la Russie sous Poutine envers les États baltes, tout en précisant «qu’il croit au dialogue et qu’il faut se garder de taxer la Russie et sa population d’État terroriste». L’influente députée spécialiste de la défense, Marianne Mikko, partage cet avis, à savoir que malgré la menace potentielle que la Russie de Poutine fait peser sur son pays, ce dialogue est capital, aussi sensible ou difficile soit-il. Cette ancienne députée européenne socialiste, aujourd’hui députée au Parlement estonien, est cheffe de la délégation estonienne auprès de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe. Forte d’une solide expérience en tant que journaliste, membre du groupe des femmes pour la défense et députée au Parlement européen où elle siégeait à la commission de la culture et des médias, elle est une figure clé de la politique de défense estonienne et européenne.

Selon Marianne Mikko, il est important que l’Europe s’inquiète de ses propres besoins en matière de défense et de sécurité, et que les pays membres ou pas de l’OTAN dans l’Union européenne travaillent de concert à leur défense commune. La tradition du chant choral est un aspect fascinant de l’histoire et de la culture estoniennes, notamment dans la musique, comme le montre le succès extraordinaire de sa «révolution chantante» qui lui a permis d’accéder à son indépendance vis-à-vis de la puissante Union soviétique grâce à sa voix et au chant.

Le pays a toujours su mobiliser ses talents créatifs et la voix collective de son peuple; peut-être plus qu’aucun autre pays dans le monde, l’histoire de l’Estonie se raconte en chansons. Certes, elle se concentre sur la défense et la sécurité, mais l’Estonie est également l’un des leaders mondiaux du numérique et ce petit État, qui compte 1,3 million d’habitants, est déterminé à renforcer encore sa voix numérique au cours de la présidence de l’Union européenne qu’elle assume actuellement.

Michael McGowan, PES, Royaume Uni (1984 – 1999)

Delegation de l’AAD avec Mme Marianne Mikko, membre du Riigikogu

Délégation de l’AAD à Tallinn

Détails

Début :
novembre 6, 2017
Fin :
novembre 7, 2017
Catégorie d’évènement: