ITALIE – UNIVERSITE LUISS GUIDO CARLI – Ivailo KALFIN

Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

ITALIE – UNIVERSITE LUISS GUIDO CARLI – Ivailo KALFIN

0 Comment
38 Views

L’Université LUISS Guido Carli a organisé une table ronde intitulée “Le rôle des parlements face aux défis de l’internet au XXIe siècle : démocratie numérique et préoccupations en matière de vie privée”. Elle faisait partie de la 7e édition du programme d’été – Module Jean Monnet sur “La démocratie parlementaire en Europe”. Cette année, le cours était consacré à “La responsabilité parlementaire et les nouvelles technologies” : Transparence, vie privée et défis de sécurité” et a eu lieu du 9 au 20 juillet 2018. Ivailo KALFIN, Membre de l’AAD, a participé à cet événement.

“Je pense que nous devrions reconsidérer les systèmes politiques dans les sociétés démocratiques. Et cela peut être fait de manière à mûrir les fruits du progrès numérique pour imposer et renforcer davantage la démocratie.” Par Ivailo KALFIN

Discours d’ouverture à
Le programme d’été
École d’administration
Université LUISS, Rome
20 juillet 2018

Tout le monde se présente aux élections. À l’école, à l’université, pour un organe élu ou simplement pour attirer l’intérêt de quelqu’un – nous sommes constamment confrontés à des compétitions. Et les élections sont une question de communication. Nous identifions d’abord les partisans potentiels, nous nous assurons que ceux qui ont déjà décidé en notre faveur ne sont pas perdus entre-temps et nous nous concentrons ensuite principalement sur les “swing voters” – ceux qui se décident pour chaque vote séparé. Cela se fait par le biais des canaux de communication. C’est en fait là que les nouvelles technologies ont l’impact le plus visible. Au cours des dernières années, les nouvelles technologies ont considérablement modifié les canaux de communication et, de ce fait, la manière dont les candidats et les représentants élus se connectent aux citoyens. Les technologies basées sur Internet sont devenues un puissant moteur de changement dans l’environnement médiatique. Les politiciens traditionnels sont confrontés à un dilemme de réforme ou de filtrage.
Pendant 22 ans de carrière politique, je me suis présenté 8 fois aux élections générales – pour les parlements nationaux et européen et pour la présidence. J’ai travaillé comme représentant élu et membre du gouvernement et j’ai constaté l’énorme changement dans la façon de faire de la politique. Les nouvelles réalités surviennent si rapidement que la plupart des gens ne se rendent même pas compte de l’ampleur du changement. Mais quand on regarde en arrière, l’énorme changement qui s’est produit en quelques années dans la façon de faire de la politique est évident. En 1994, les rassemblements politiques étaient la norme. Les gens voulaient voir les candidats et les représentants élus, leur poser des questions, les critiquer. Les citoyens avaient le sentiment d’appartenir à une communauté, ils participaient à la politique. Aujourd’hui, 25 ans plus tard, les rassemblements politiques sont remplacés par les médias sociaux. Bien sûr, il y a encore des gens qui préfèrent assister physiquement à un événement politique. Mais la plupart des plus jeunes communiquent par le biais des médias sociaux. En fait, les médias, et les médias sociaux en particulier, ont pris de l’importance en tant qu’intermédiaires. Les médias numériques ne sont pas un simple canal de communication comme les autres. Ils influencent pratiquement le contenu et la perception de l’information. Les médias numériques deviennent un acteur important de la communication politique.
Les médias numériques modifient à la fois la forme et le contenu de la politique. Les changements dans la forme sont plus faciles à voir. De nos jours, les campagnes électorales reposent largement sur les médias numériques. Mais ils ont leurs particularités. Ils touchent beaucoup plus de personnes, mais l’accès à une grande quantité d’informations rend les utilisateurs très sélectifs. Pour être remarqué, un message politique doit être simple, court et audacieux. Les partis politiques font toujours campagne sur la base de programmes électoraux complexes. Mais qui lit cela ? Une campagne efficace cible les électeurs potentiels en fonction des intérêts de chaque destinataire. L’efficacité d’une campagne dépend donc de la technique utilisée pour faire correspondre chaque électeur potentiel avec le message le plus approprié. Le succès des campagnes politiques ne repose donc pas sur des engagements, mais plutôt sur l’efficacité des techniques, des logiciels et des autres instruments utilisés. Au lieu de rencontrer les électeurs et de confronter les plates-formes, les campagnes se transforment maintenant en une compétition d’experts et d’outils de médias numériques.
Un deuxième changement majeur dans la manière de faire de la politique est le fait que les médias numériques sont en règle générale des médias riches. Ils permettent une communication à double sens. Les médias traditionnels sont informatifs et transmettent les messages des hommes politiques aux électeurs, tandis que les médias numériques permettent de recevoir une réaction au message et même d’entrer en dialogue. C’est un changement énorme. La possibilité même pour un citoyen d’envoyer un message qui serait vu par le responsable politique, fait que les gens se sentent plus proches des décideurs. Ce changement de distance modifie tout le paradigme des relations entre les électeurs et les représentants élus. En général, la diminution de la distance et la possibilité d’être agressif de manière anonyme envers les hommes politiques sapent le respect institutionnel.
Une troisième différence dans la manière de faire de la politique est que les représentants élus ont une bien meilleure possibilité d’interagir avec les citoyens entre les élections. Le fait de maintenir des profils dans différents médias sociaux leur permet d’informer le public de leurs positions sur les questions d’actualité. C’est une grande opportunité si elle est utilisée correctement et un défi si les politiciens essaient simplement de plaire au public tout le temps et d’éviter d’argumenter pour des décisions impopulaires.

Un quatrième changement apporté par les médias numériques en politique est l’augmentation de la transparence. Ou la possibilité de transparence. Si elle est utilisée, elle peut être un outil très puissant en politique. Un bon exemple est la pratique du Parlement européen. Toutes les sessions plénières et les réunions des commissions sont enregistrées. Toute personne intéressée peut trouver toutes les informations nécessaires relatives à un dossier particulier. Bien sûr, il est possible d’aller encore plus loin en divulguant tous les documents pour les trilogues ou le fameux document en quatre colonnes, ainsi qu’en faisant la lumière sur les réunions avec les lobbyistes. Mais le Parlement européen est encore loin devant de nombreux parlements nationaux. Il est sain d’avoir pour objectif constant une plus grande transparence. Cela annule l’effet télévisuel que j’ai vu à maintes reprises au parlement national. Lorsque la télévision diffuse, les députés changent étrangement : ils prononcent de longs discours chargés d’émotion, se battent, attaquent les opposants. Le moment où les caméras sont éteintes – ils perdent tout simplement l’intérêt pour le débat. Cela n’arriverait pas si les caméras étaient toujours allumées.
Certains chercheurs comme M. Griffin soutiennent que les nouveaux médias ne diffèrent pas beaucoup des médias traditionnels car les gens font des choix rationnels. Ils restent un canal de communication. C’est exact. Mais comme nous le voyons, l’utilisation d’Internet et des autres nouvelles technologies font des médias un acteur important du processus politique dans la mesure où ils sont capables de changer tout le mécanisme de la conception de la politique.
Il y a une autre caractéristique très importante des nouveaux médias : leur atomisation. Aujourd’hui, un profil individuel sur une plateforme sociale ou un blog sont des médias en soi – ils produisent des nouvelles et participent à la formation de l’opinion publique. Cela change la donne dans le monde de la communication. Aujourd’hui, les médias sont beaucoup plus accessibles, d’une grande portée et beaucoup moins soumis à la réglementation ou même au respect de certaines normes journalistiques élémentaires. L’effet de l’atomisation des médias sur la politique est que ces derniers deviennent beaucoup plus réactifs, que la porte des fausses nouvelles et de la désinformation est largement ouverte et que l’environnement de l’information tend à devenir chaotique.
Tous ces changements apportés par les médias numériques ont un impact profond sur la manière de faire de la politique. Ils créent également un terrain très favorable pour de nouveaux acteurs et processus dans la vie politique. Pour résumer, en deux décennies, les médias numériques ont permis d’atteindre un public beaucoup plus large, les messages politiques réussis sont devenus courts et accrocheurs, le grand public sans raison particulière se sent plus compétent pour faire directement de la politique, les hommes politiques doivent être disponibles 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, quel que soit le moment des campagnes, l’influence accrue des médias sociaux va de pair avec l’abaissement des normes en matière de contenu médiatique. Tout cela constitue une excellente opportunité pour les nouveaux venus dans le monde de la politique. En fait, ils gagnent en force du fait que les gens considèrent la politique actuelle comme trop élémentaire et les nouveaux acteurs peuvent faire une apparition impressionnante en rivalisant non pas avec les idées politiques mais avec les technologies et les techniques d’utilisation de l’environnement numérique. Le résultat est très évident : dans un certain nombre de pays européens, on voit apparaître sur la scène politique de nouveaux venus ou des partis anciennement marginalisés et très renforcés. Beaucoup d’entre eux sont populistes et nationalistes. Et ils ne cessent de gagner du terrain. Pourquoi ? Pour moi, la réponse repose sur trois piliers : le sentiment d’insécurité du grand public, créé par l’incapacité des partis traditionnels à faire face aux crises économiques et, plus tard, à la crise des migrants, les messages très simples, voire simplistes, des populistes, qui rejettent généralement la responsabilité des problèmes nationaux sur les étrangers, et l’environnement chaotique des médias numériques, où l’analyse des experts et le pragmatisme laissent la place à la désinformation et à des titres inquiétants et accrocheurs. Peu importe que leurs messages débouchent sur de véritables solutions. La fermeture des frontières nationales ne résout pas le problème des migrations, surtout pour les pays du sud de l’UE. L’augmentation des capacités nationales en matière de politique fiscale est incompatible avec la monnaie unique. Mais ces solutions semblent faciles et naturelles, car elles mobilisent la société contre la menace extérieure. Cela affaiblit l’UE et, par conséquent, ses États membres. Je ne voudrais pas m’étendre davantage sur les perspectives du nationalisme ici, mais l’histoire montre qu’il est soit apprivoisé par le courant politique dominant, soit conduit à des guerres.

Comme nous le constatons, l’expansion rapide des technologies numériques affecte profondément non seulement la forme et les procédures de la politique, mais aussi leur contenu. Les messages politiques se résument à de courts textes ressemblant à des titres. L’analyse des experts est un point de référence pour beaucoup moins de gens. La révolte contre les incapacités actuelles de ces derniers au pouvoir se propage beaucoup plus rapidement et soutient des initiatives essentiellement destructrices. Les partis et institutions politiques traditionnels perdent du terrain face à des hommes politiques simplistes et parfois agressifs. Le public est plus sensible et moins conciliant face aux erreurs politiques ou à la mauvaise gestion. Dans leur quête de survie, les partis politiques traditionnels et traditionnels ont tendance à dériver vers des positions plus extrêmes, abandonnant un comportement centriste et consensuel. Cela est clairement visible non seulement dans des pays comme la Pologne, la Hongrie, l’Autriche et l’Italie, où les partis au pouvoir manifestent déjà cette tendance, mais aussi pratiquement dans tous les États membres de l’UE, où ces idées sont de plus en plus présentes dans la politique intérieure et où il s’agit d’une question de temps pour qu’elles soient adoptées comme positions politiques des gouvernements et des majorités parlementaires. La pression extérieure provenant de la force retrouvée de la Russie et de la politique agressive du président américain envers l’UE est un autre facteur de possibles changements tectoniques en Europe.
Il serait exagéré d’affirmer que ce sont les nouvelles technologies qui provoquent ces changements, mais en même temps il serait mal avisé de ne pas voir qu’elles sapent la manière traditionnelle de faire de la politique et ouvrent la voie à plus de populisme et à une moindre solidarité dans la société. Ironiquement, l’accès facile à une grande quantité d’informations place les individus dans une situation de plus grande incertitude, de doute et de manque de confiance. Nous constatons que les centres de pouvoir externes utilisent cet effet pour promouvoir des résultats électoraux contrôlés. L’histoire des fuites de données personnelles sur Facebook et de leur utilisation par la défunte Cambridge Analytica pour modéliser les résultats des élections n’est qu’un exemple de ce à quoi nous pouvons nous attendre.
Est-il possible de maintenir la politique dans l’UE loin des eaux dangereuses du populisme et du nationalisme ? Ma réponse est affirmative. Je ne parlerai pas ici de la nécessité de reconsidérer la façon dont les politiques traditionnelles sont menées. La montée du populisme devrait ébranler l’establishment politique actuel. Elle doit se rendre compte que la mauvaise gestion et la confiance excessive en soi qui ont été démontrées dans les premières phases de la crise des migrants, et plus tôt – la crise économique – ont un prix. Et ce prix est dû même après le pic de la crise et lorsque l’Union a commencé à chercher de meilleures solutions, en alignant les intérêts. Je préfère me concentrer sur deux propositions : comment utiliser les médias numériques pour améliorer la façon dont les politiques sont faites et perçues.
La première proposition est d’améliorer considérablement l’utilisation des technologies numériques pour rendre la politique plus compréhensible, plus transparente et plus proche des citoyens. J’ai déjà mentionné les initiatives du Parlement européen liées aux technologies de l’information. Elles sont un bon exemple pour de nombreux parlements nationaux, mais elles ne font que montrer la direction à suivre. Plus il y a de divulgation, plus les informations sont systématisées, plus les outils informatiques sont interactifs, plus vous créez une communauté de citoyens engagés. Je donnerais un exemple positif tiré de ma propre expérience. En travaillant sur la réforme des retraites en tant que membre du gouvernement, j’avais deux options : essayer d’imposer au parlement et expliquer la réforme qui était évidente pour les experts. Cela provoquerait un mécontentement massif, comme c’est généralement le cas avec ce type de réformes, mais pire encore, un sentiment d’insécurité qui pourrait être encore amplifié par la diversité des opinions sur Internet. J’ai choisi l’autre option – j’ai lancé un débat public sur le système et les paramètres actuels des retraites. Les gens n’ont pas aimé – pour diverses raisons, souvent spécifiques à chaque groupe particulier. Mais ce débat a permis d’ouvrir la porte à la discussion sur la réforme. J’ai fait les propositions, préparées par les experts, mais j’ai déclaré qu’il s’agissait d’un texte martyr nécessaire – juste une base de discussion. Ensuite, nous avons eu une longue période de débats avec les partenaires sociaux et les autres parties prenantes et avec le public – en ligne. Finalement, nous avons obtenu une sorte d’accord et les changements ont été votés au Parlement. Nous avons donc favorisé une meilleure compréhension des effets de la réforme et évité l’opposition et le mécontentement du public. La clé, pour moi, a été l’approche très ouverte et transparente, qui a permis d’attirer une communauté de parties prenantes à participer au processus. Par la suite, le département des relations publiques et des médias du ministère a reçu une haute distinction de la part de la communauté des médias pour la réussite de sa communication politique.

En effet, il est très difficile de condenser la politique dans des messages simples. C’est pourtant possible. Par exemple, lorsque l’on dit que le budget de l’UE coûte un café par jour aux citoyens, ou que Jeffrey Sach’es compare en disant que l’extinction de la malaria coûte une tasse de café Starbucks aux citoyens, ou que l’administration de l’UE est deux fois plus petite que celle de la Bulgarie par exemple et coûte beaucoup moins cher que celle de n’importe quel État membre – ce sont des messages faciles à comprendre et à retenir. C’est possible. Mais les décideurs politiques doivent comprendre que changer la façon dont la politique est menée est également une tâche pertinente. Aucun génie ne peut décemment expliquer pourquoi l’obscure procédure d’adoption du budget pluriannuel de l’UE au Conseil européen est toujours maintenue. Par conséquent, l’utilisation correcte des médias numériques ne peut pas compenser la nécessité de repenser le contenu et les procédures de la politique et de les rendre plus efficaces, plus justes et plus compréhensibles.
Ma deuxième proposition est beaucoup plus ambitieuse. Je pense que nous devrions reconsidérer les systèmes politiques dans les sociétés démocratiques. Et cela peut être fait de manière à faire mûrir les fruits du progrès numérique pour imposer et stimuler davantage la démocratie.
Pour mieux expliquer cette proposition, je voudrais faire référence à l’opinion de Yuval Hariri, exprimée dans son récent livre Homo Deus. Il soutient qu’avec le développement des technologies, la véritable infrastructure passerait au numérique, l’intelligence artificielle prendrait des décisions meilleures et plus efficaces et les êtres humains pourraient être comparés à des algorithmes biologiques utilisant des données pour se perfectionner davantage. C’est une vision clairement utopique pour l’avenir. Mais nous pourrions en effet voir certains éléments qui peuvent rationaliser de façon spectaculaire la politique, en affirmant davantage leur rôle constructif.
Si nous voulons inverser la tendance à l’accroissement du fossé entre les citoyens et l’élite politique en raison de l’abondance et de la diversité de l’information, de l’insécurité croissante, de la crédibilité réduite des personnalités politiques, du populisme agressif, nous devons tout faire pour accroître la confiance et faire en sorte que les citoyens participent autant que possible à un débat constructif et informé. En fait, les technologies numériques offrent de tels outils.
Nous devons changer les systèmes politiques pour un meilleur mélange entre la démocratie représentative et la démocratie directe. C’est la voie à suivre pour que les citoyens soient impliqués dans un débat et une prise de décision constructifs. Un moyen d’y parvenir est élaboré dans un projet sur l’amélioration des contrats et des mandats politiques, réalisé par la jeune futurologue bulgare Dr Mariana Todorova. Internet peut créer des communautés qui mandatent des représentants pour accomplir des tâches particulières. Un membre du parlement ne doit pas être élu uniquement sur la base de son programme électoral ou de celui de son parti. La vie est beaucoup plus dynamique. Les représentants élus doivent mettre en œuvre des missions et des mandats concrets de la part de leur électorat. Le droit de révocation d’un représentant doit être renforcé et devenir un véritable instrument, tout en préservant la stabilité des institutions. Le fait de mandater des représentants pour accomplir des tâches concrètes pourrait être introduit comme pratique non seulement dans les organes élus mais aussi pour diverses priorités communautaires. C’est dans cette direction que les partisans de la démocratie dite liquide souhaitent voir évoluer les choses. La prise de décision politique devrait être rapprochée des citoyens en les impliquant dans un débat significatif. Ils doivent participer à la prise de décision. Si ce mélange de démocratie directe et de démocratie représentative est renforcé, les référendums ne seront pas un événement exceptionnel, soumis à des pressions extérieures et à la désinformation. La participation des citoyens ferait partie de la pratique politique quotidienne. Les représentants élus devront discuter avec les citoyens des décisions politiques et être plus liés à leurs perceptions. Les instruments tels que l’initiative citoyenne européenne doivent être renforcés et il devrait être beaucoup plus possible pour les citoyens de soumettre une question à un débat au sein des organes représentatifs.
Les technologies numériques offrent de grandes possibilités pour démocratiser davantage la politique. Les élections, les référendums, les consultations publiques et les débats peuvent être très bon marché et flexibles en ligne. Il est fort possible que les technologies soient utilisées à de bonnes fins, créant ainsi une plus grande solidarité. En effet, elles constituent un défi pour les dirigeants politiques, car les bons responsables politiques sont parfois tenus de ne pas suivre l’opinion publique, mais de la diriger. Mais je suis convaincu que la démocratisation de la politique réduira la place des hommes politiques – des suiveurs – et donnera plus d’occasions de faire preuve de leadership.
Espérons que nos sociétés pourront saisir les possibilités offertes par les technologies et les utiliser pour rendre la politique plus efficace, plus constructive et plus confiante.
Merci de votre attention !

Détails

Date :
juillet 20, 2018
Catégorie d’évènement: