REPUBLIQUE TCHEQUE – CENTRE EUROPEEN MENDEL DE BRNO – Mariela BAEVA

Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

REPUBLIQUE TCHEQUE – CENTRE EUROPEEN MENDEL DE BRNO – Mariela BAEVA

0 Comment
40 Views

Pour la semaine européenne du Centre européen Mendel à Brno, Mariela BAEVA, membre de l’AAD, a participé à des conférences et des discussions avec des étudiants début décembre 2018. Les principaux sujets abordés seront le BREXIT, les questions de migration et les institutions de l’UE.

Rapport de mission: RENCONTRE AVEC LA JEUNE GÉNÉRATION

Depuis maintenant plusieurs années, je participe au programme «PE au campus» dont l’objectif premier est à l’origine de mon engagement: accroître le capital de connaissances des étudiants en leur faisant bénéficier de notre expertise.

La réciprocité est au cœur de ce projet. En effet, en tant qu’intervenants, nous tirons profit de la pensée critique et de l’approche analytique de la jeune génération. En décembre dernier, j’ai travaillé sur la question de l’immigration dans l’Union en 2017 et sur le rôle du Parlement européen dans la sortie du Royaume-Uni de l’UE.

La première conférence a mis en lumière le caractère inédit de la circulation des personnes dans le monde. Nous avons débattu des politiques publiques des États membres en matière d’intégration des migrants. Nous avons également abordé l’immigration sous l’angle de l’identité et du populisme. J’ai brièvement évoqué la réforme du système de Dublin et la politique de l’Union européenne en matière de retour.

Les préoccupations quant à l’immigration et l’identité étant des questions centrales de la politique européenne, nous avons passé de nombreuses heures à discuter de deux enquêtes qui éclairent deux aspects de la situation.

La première des deux enquêtes a été menée par Chatham House (Royal Institute of International Affairs) à Londres et examine les ressentis des citoyens européens par rapport à l’immigration, à la crise des réfugiés et à la manière dont celle-ci a été gérée depuis 2015.

La question spécifique de l’islam

au sein des sociétés européennes est ainsi l’un des principaux sujets de cette enquête.

La seconde enquête émane de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne (FRA), dont le siège est à Vienne. Elle met l’accent sur l’expérience des réfugiés musulmans et de leurs enfants nés dans les États membres de l’Union. Les résultats de ces enquêtes nous enseignent deux choses:

• Les mouvements populistes vont continuer à trouver un écho parmi la population tant que leur stratégie sera de jouer sur ces inquiétudes pour renforcer l’opposition à la politique de l’Union. C’est pourquoi il est vital de mettre en œuvre une politique de grande envergure afin de tendre la main aux électeurs séduits par les extrêmes et de recadrer les débats sur l’immigration de manière à lutter contre l’impression d’une menace pour notre culture ou notre identité.

• À plus long terme, les dirigeants des institutions de l’Union, la société civile et les entreprises vont devoir s’impliquer davantage pour essayer de faire évoluer les mentalités. Pourtant, notre système européen nous permet d’être plus optimistes que dans d’autres régions du monde; non seulement parce que les économies nationales de certains États membres de l’Union sont parmi les plus compétitives de la planète, mais aussi parce que ses sociétés comptent parmi les plus égalitaires. Le défi pour l’Union consiste à exploiter ces points forts et à s’appuyer sur les avancées historiques de l’intégration.

Afin de rapprocher les quelques 60 étudiants issus de diverses

nationalités, j’ai parlé de Give a Home, une série de concerts en solidarité avec les réfugiés qui ont eu lieu dans plusieurs villes des quatre coins du monde en septembre dernier. Le chanteur et compositeur britannique Ed Sheeran a lui aussi apporté sa pierre à l’édifice en se joignant aux plus de 1 000 artistes qui ont donné des représentations privées chez leurs fans en soutien aux réfugiés.

Le second thème, à savoir le rôle du Parlement européen dans la sortie du Royaume-Uni de l’UE, a suscité de nombreuses questions selon le mot d’ordre «il n’y a d’accord sur rien tant qu’il n’y a pas d’accord sur tout». Nous avons examiné en détail les droits des citoyens, l’accord du Vendredi Saint et le règlement financier unique. Nous avons consacré une séance à la réflexion sur le thème de l’opinion publique dans l’ère de l’après-Brexit.

Un petit projet très créatif a marqué le point d’orgue de nos travaux lors de la session du vendredi. Des étudiants issus de Syrie, du Ghana, de Croatie, d’Ukraine, de République Tchèque et moi-même nous sommes rassemblés pour appeler à l’empathie dans une chanson intitulée Race to Freedom, dédiée au 18 décembre, la Journée internationale des migrants, et au 20 juin, la Journée mondiale des réfugiés.

Détails

Début :
décembre 3, 2018
Fin :
décembre 4, 2018
Catégorie d’évènement: