UKRAINE – UNIVERSITE D’UKRAINE – Per GAHRTON

Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

UKRAINE – UNIVERSITE D’UKRAINE – Per GAHRTON

0 Comment
257 Views

L’Université d’Ukraine a organisé une conférence sur “La transformation des conflits et la consolidation de la paix en Ukraine”. M. Per Gahrton, ancien député européen, a prononcé un discours sur “la transformation des conflits étrangers et de sécurité et la consolidation de la paix”, devant des étudiants, des experts, des universitaires et des fonctionnaires.

Per GAHRTON, membre des FMA, a participé à cet événement.

Rapport de mission : L’UKRAINE PEUT-ELLE S’INFORMER SUR LA RÉSOLUTION DES CONFLITS ?

Les 20 et 21 octobre, j’ai pris la parole devant l’Association ukrainienne d’études européennes à Kharkiv sur les outils de résolution des conflits de l’UE. Kharkiv a été proposée comme capitale de la “Nouvelle Russie” des séparatistes, mais bien que le russe soit la langue parlée par les habitants de Kharkiv dans leur vie quotidienne, ils n’ont pas approuvé la sécession.

À Kiev aussi, le russe est la langue que vous êtes le plus susceptible d’entendre dans la rue. Les étudiants de l’université Vernadsky poussent un soupir de soulagement lorsque leurs professeurs leur permettent de passer de l’ukrainien au russe. Le professeur d’histoire Mikhail Stanchev a continué à donner des cours en russe, malgré la nouvelle loi sur la langue, qui stipule que tout enseignement doit être donné en ukrainien (le 12 octobre 2017, le Conseil de l’Europe a critiqué la nouvelle loi comme “une violation des droits des minorités nationales”). Le professeur Stanchev m’a donné une copie de son livre en langue russe, World War Three – the Battle for Ukraine, dans lequel il accuse Poutine d’être une copie conforme d’Hitler. Dans une conversation privée avec moi, le professeur Stanchev a reconnu que l’Ukraine avait une certaine responsabilité dans le conflit, en raison de son incapacité à établir la démocratie au niveau local. Il a également reconnu que le fait que l’accord d’association entre l’UE et l’Ukraine ait obligé l’Ukraine à quitter la zone de libre-échange des anciennes républiques soviétiques constitue un problème.

Des rapports en provenance de Kiev suggèrent que les pays baltes et scandinaves sont des rapaces en ce qui concerne la situation en Ukraine et en Russie, alors qu’un certain nombre de pays du sud de l’Europe remettent en question les sanctions. Ils sont soutenus dans leur point de vue par le rapporteur des Nations unies Idriss Jazairy, qui a souligné que les sanctions coûtent aux pays de l’UE 3,2 milliards de dollars par mois et qu’elles ont plus d’impact sur les citoyens russes innocents que sur les dirigeants du pays.

Le public de la conférence a écouté avec intérêt mon exposé sur les instruments de rétablissement de la paix de l’UE, des accords d’association aux sanctions. Et ils ont hoché la tête en reconnaissance lorsque j’ai parlé des conflits nordiques et de la manière pacifique dont ils avaient été résolus, comme en 1658 lorsque la Suède a pris le contrôle du Skåneland, que le Danemark détenait depuis 300 ans. Quelque 150 ans plus tard, en 1809, la Suède a accepté la perte de la Finlande au profit de la Russie, suite à l’exhortation du poète suédois Esais Tegnér, qui demandait que “la Finlande soit reconquise de l’intérieur des frontières suédoises”. La sécession de la Norvège de l’union en 1905 a également été acceptée par la Suède, et la Finlande a été autorisée à conserver Åland sur la base d’une décision internationale prise dans les années 1920, malgré le souhait de la population de rester avec la Suède. Dans les années 1990, Boris Eltsine a offert à la Finlande la possibilité de racheter la Carélie, mais le président Koivisto a refusé. J’ai fait remarquer que cette liste de cas de pays nordiques acceptant la perte de parties de leur territoire pourrait servir à illustrer le principe de l’UE selon lequel, plutôt que d’être modifiées, les frontières devraient être rendues insignifiantes. Quelqu’un a alors demandé, avec une certaine indignation : “Nous conseillez-vous de renoncer à la Crimée et au Donbass ? J’ai dit que je ne l’étais pas. Bien sûr, les régions ont le droit démocratique de suivre leur propre voie : regardez l’Écosse, le Québec et la Catalogne, par exemple. Mais les règles démocratiques doivent être respectées. Cela n’a pas été le cas en Crimée et dans le Donbass.

Et l’Ukraine n’est pas sans reproches : la loi linguistique fait preuve d’un degré d’insensibilité qui pourrait faire douter les Ukrainiens russophones de leur identité ukrainienne. Si la Finlande – où environ cinq pour cent de la population est suédophone – peut avoir le suédois comme langue officielle aux côtés du finnois, pourquoi l’Ukraine ne peut-elle pas donner au russe un statut officiel aux côtés de l’ukrainien ?

Lors d’une manifestation devant le Parlement de Kiev, on m’a remis un petit recueil de poèmes intitulé “Nos peurs sont parties en fumée sur la Maidan”, apparemment écrit en russe par un poète né à Moscou. Le premier poème, “Ode à l’Ukraine”, est le seul à avoir été écrit en ukrainien.

Il contient le refrain : “Nous avons versé notre sang pour notre liberté, et il a montré que nous sommes de nationalité cosaque”. Cette brochure résume le dilemme de l’identité ukrainienne.

Détails

Début :
octobre 19, 2017
Fin :
octobre 21, 2017
Catégorie d’évènement: