ESTONIE – UNIVERSITE DE TECHNOLOGIE DE TALLINN – Michael HINDLEY

Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

ESTONIE – UNIVERSITE DE TECHNOLOGIE DE TALLINN – Michael HINDLEY

0 Comment
253 Views

L’Université de technologie de Tallinn a prévu une conférence ouverte de haut niveau pour les étudiants et les universitaires, le grand public, les ONG locales et éventuellement les médias.

Michael HINDLEY, Membre de l’AAD, a participé à cet événement.

Rapport de mission: TALLINN ET LE FROID

Il faisait froid lorsque je suis arrivé dans la magnifique ville de Tallinn, en mars. Ce climat contrastait avec la chaleur de l’accueil de mes interlocuteurs. J’étais invité, par l’intermédiaire de l’AAD, à parler des relations extérieures de l’Union européenne, mais aussi à débattre du Brexit avec les étudiants et le personnel de l’université de technologie de Tallinn. Mes interlocuteurs suivent ce débat avec une attention teintée d’inquiétude en ce qui concerne les futures relations entre l’Estonie et le Royaume-Uni, placées sous les auspices de la coopération de l’Union européenne en matière d’enseignement supérieur. Bien que le gouvernement britannique ait indiqué sa volonté de contribuer financièrement à ces programmes, le point négatif est qu’il ne sera plus décisionnaire. Le Royaume-Uni a joué un rôle important dans l’élaboration du programme Erasmus et de la coopération en matière de recherche, et ses connaissances et son expérience vont laisser un vide. Les étudiants redoutent qu’il devienne plus difficile d’étudier au Royaume-Uni. Ils craignent aussi d’avoir plus de mal à recruter des collègues britanniques ou à trouver un poste au Royaume-Uni.

J’ai également fait un exposé sur l’ambitieux projet chinois «Une ceinture, une route» à des étudiants en Master de relations internationales.

En apparence, il s’agit d’un projet colossal d’infrastructures, fondé initialement sur le retour en force de l’ancienne route de la soie, qui relie la Chine, à travers l’Asie centrale, au Moyen-Orient et à l’Europe.

En tant que tel, ce projet renvoie à une nostalgie romantique de l’époque lointaine des explorateurs et négociants entre l’Orient et l’Occident. Il a aussi beaucoup à faire avec les rivalités entre la Chine et la Russie à propos des ressources énergétiques nationales en Asie centrale. En outre, la Chine s’inquiète du fait que malgré la forte expansion de la bande côtière chinoise, il y a peu de signes d’un effet boule de neige dans les lointaines provinces intérieures du pays. Enfin et surtout,

à l’heure actuelle, la Chine a une surcapacité massive dans le secteur de l’acier, du charbon et du ciment. Telles sont les données de base en ce qui concerne le vaste programme d’infrastructures de transport envisagées dans «Une ceinture, une route».

Mes interlocuteurs ont eu la gentillesse d’organiser la visite de l’un des e-centres les plus connus de Tallinn, le centre d’innovation de l’université de technologie, à savoir Mektory et la résidence électronique. L’Estonie a déployé beaucoup d’énergie et de ressources dans les nouvelles technologies et les résultats sont vraiment impressionnants. Je me souviens bien avoir eu une machine à écrire portative pour mes bureaux de Bruxelles et de Strasbourg en 1984. Bien vite, ces machines à écrire sont devenues inutiles. Et aujourd’hui, on peut avoir un système entier de communication sur son smartphone. Lorsque j’ai fait part de mon scepticisme en ce qui concerne la cybersécurité, j’ai rencontré un certain optimisme. L’Estonie a été victime de cyberattaques en provenance de Russie et continue à en subir, mais les participants ont fait remarquer avec enthousiasme que la recherche et le développement en matière de cybersécurité constituent, en soi, un moteur d’activité économique.

Le défi de l’adhésion à l’Union européenne a été relevé avec dynamisme dans ce petit État balte. L’optimisme estonien a agi sur moi comme une bouffée d’oxygène.

Détails

Date :
mars 27, 2018
Catégorie d’évènement: