ETATS-UNIS – UNIVERSITE DE l’ILLINOIS A URBANA-CHAMPAIGN, CENTRE DE l’UE (EUC) – Robert EVANS

Chargement Évènements
  • Cet évènement est passé

ETATS-UNIS – UNIVERSITE DE l’ILLINOIS A URBANA-CHAMPAIGN, CENTRE DE l’UE (EUC) – Robert EVANS

0 Comment
39 Views

L’Université de l’Illinois à Urbana-Champaign EU Center (EUC) a organisé deux événements majeurs : La 17e journée annuelle de l’UE”, qui célèbre les relations transatlantiques et s’efforce de promouvoir une meilleure compréhension entre les peuples des États-Unis et de l’UE, avec également une table ronde sur l’UE ; “Recherche et enseignement sur l’UE” : Une conférence de travail”, une conférence annuelle qui réunit des professeurs d’université dans le but d’accroître la recherche et l’enseignement sur l’UE dans les universités et les collèges de quatre ans et de deux ans dans l’Illinois et le Midwest américain.

Robert EVANS, membre de l’AAD, a participé à ces événements.

VISITE A L'UNIVERSITE DE L'ILLINOIS
Rapport de mission

Il ne peut pas y avoir beaucoup d’universités dans le monde entier, avec leur propre aéroport. L’université de l’Illinois à Urbana-Champaign est l’une de ces institutions. Située à quelque 220 km au sud de Chicago, l’université est l’un des plus grands collèges publics des États-Unis, avec près de 50 000 étudiants. Le campus, à la fois vaste et moderne, semble englober à peu près la totalité de deux petites villes, Urbana et Champaign, en plus d’abriter un institut Jean Monnet financé par l’UE et qui connaît un grand succès.
C’est à l’invitation de ces deux villes, au nom d’anciens députés européens, que j’ai atterri, par une froide soirée de novembre, dans leur propre aéroport, modeste mais très pratique !
Après un long voyage via Dallas, à quelque 1500 km au sud – je n’ai jamais compris pourquoi il est moins cher de prendre deux vols et de survoler sa destination finale quelques heures avant d’y arriver – j’ai été accueilli à l’aéroport par Sebnem Ozkan, le directeur associé du centre et l’un de mes excellents hôtes.
L’université de l’Illinois est la seule université américaine à proposer un master en études européennes et ce fut un réel plaisir de discuter avec le Dr Neil Vander Most, le professeur Kostas Kourtikakis et leurs étudiants engagés et bien informés. Les questions ont porté sur toute une série de sujets, dont l’histoire de l’UE, mais, sans surprise, sont invariablement revenues sur Brexit et sur les raisons pour lesquelles le peuple britannique a voté pour quitter une union réussie de 28 pays.
Dans le cadre des célébrations de leur anniversaire, l’ambassadeur de l’UE aux États-Unis, son excellence David O’Sullivan, a prononcé un discours de réflexion sur “l’état de l’Union européenne”. Au cours de la table ronde qui a suivi, de nombreuses questions ont été posées sur l’évolution des relations entre l’Union européenne et les États-Unis. Comme la conférence coïncidait avec les élections américaines de mi-mandat, peu concluantes, les occasions de faire des comparaisons et de réfléchir aux prochaines élections du Parlement européen en 2019 n’ont pas manqué. Ces questions et d’autres ont également été abordées lorsque j’ai été invité en studio pour une interview avec la station de radio locale, Illinois Public Media.
Dans mon discours d’ouverture, samedi matin, j’ai fait part de mes réflexions personnelles sur Brexit et sur la façon dont le premier ministre de l’époque, David Cameron, avait mal jugé l’humeur du pays et sa propre popularité. Après huit ans d’austérité, la campagne peu brillante “remain” a donné au peuple britannique une rare opportunité de s’opposer à l’UE et de faire valoir tout ce qui leur plaisait ou non. Il y a eu des comparaisons évidentes avec les objections des Américains à l’égard du président Trump, mais aussi des avertissements pour les autres pays de l’UE qui ne font pas face de front aux préoccupations des électeurs. De l’agitation en France à la montée des partis marginaux ou “populistes”, l’UE peut être le catalyseur d’un vote négatif.
Après quatre jours d’agitation, j’ai quitté l’Illinois pour Londres afin d’assister aux commémorations de la fin de la Première Guerre mondiale. Vingt millions de personnes sont mortes dans la “guerre pour mettre fin à toutes les guerres” qui a précédé un autre conflit brutal vingt ans plus tard. Un témoignage terrible de ce qui se passe lorsque l’Europe n’est pas unie. Heureusement, les responsables politiques libéraux et les électeurs enthousiastes d’aujourd’hui ont plus de bon sens que nos ancêtres … je l’espère.
Je remercie sincèrement le professeur Carla Santos et tous les membres de l’université de l’Illinois pour ces quelques jours exceptionnels et passionnants, ainsi que l’association des anciens membres pour leur organisation.

Détails

Début :
novembre 6, 2018
Fin :
novembre 10, 2018
Catégorie d’évènement: