Former Members' Association (FMA) Spreading information about the European Parliament and the EU
> Page d'accueil > Programmes > Institut universitaire européen de Florence > 40 ans d'élections directes du Parlement européen > La Table Ronde

Table Ronde

 

Quarante ans depuis les premières élections directes au PE:
La mise en place d'une nouvelle institution politique

Le 3 avril, l'Association des anciens députés, le Service de recherche du Parlement européen (EPRS) et l'Institut universitaire européen (IUE) ont accueilli une table ronde politique sur "Les quarante années écoulées depuis les premières élections directes au PE : La mise en place d'une nouvelle institution politique" présidée par Anthony Teasdale, directeur général du Service de recherche du Parlement européen,
Les anciens présidents du Parlement européen: Enrique Barón Crespo, Hans-Gert Pöttering, Klaus Hänsch, Pat Cox et Charlotte Cederschiöld, ancienne vice-présidente du Parlement européen chargée des conciliations, ont participé à la discussion et partagé leurs idées sur cet anniversaire exceptionnel de la démocratie ainsi que sur les élections européennes prévues en mai. Dieter Schlenker, directeur des Archives historiques de l'UE, a animé le panel.

Le premier groupe d'experts s'est concentré sur les parlements de 1979-1989 et leur impact sur la culture des parlements, le développement économique de l'Europe et les efforts pour élargir l'impact du Parlement sur la politique européenne. Prof. Wassenberg, prof. Kaiser et prof. Warlouzet, ont souligné l'importance des membres de l'AAD qui ont fourni des témoignages pertinents.

Au cours de la deuxième table ronde, les présidents ont pris la parole et ont salué l'évolution du Parlement. Le président Pöttering a reconnu qu'il y avait un " déficit démocratique " initial mais que le Parlement joue désormais un rôle crucial dans le processus législatif. Le vice-président Cederschiöld a confirmé ce point et le président Hänsch a ajouté : "Ce Parlement ne doit pas chercher à être ou à devenir comme les parlements nationaux, il est différent et il le doit rester. C'est le premier et unique projet au monde vers une démocratie trans-étatique."

Le Président Cox a partagé son inquiétude face à la montée des nationalismes et des tendances anti-européennes, mais a appelé à défendre l'Europe en citant Jean Monnet "Je ne suis pas optimiste, ni pessimiste, je suis déterminé". Il a reconnu que la baisse de la participation électorale est une question de gouvernance et de légitimité. Le Président Barón Crespo a commencé son discours en rappelant la personnalité du président du premier Parlement européen élu au suffrage direct, Simone Veil, qui incarnait la dignité de l'Europe. Il a conclu en mentionnant que les mouvements d'émancipation des femmes ou le changement climatique, dont la jeunesse est au centre, sont des perspectives encourageantes pour l'avenir du projet européen.

Plus de photos ici